Indemnisation des préjudices corporels

Victimes de dommages corporels

Face à l’adversité d’un accident médical, domestique, du travail, de la route, ou suite à une agression, ayant causé des blessures physiques et psychiques, revenir à une vie normale est une lutte.

Or, ajoutant au désarroi, les responsables de l’indemnisation, notamment les assureurs ou les fonds d’indemnisation, peuvent avoir tendance à minimiser vos préjudices.

Le Cabinet JTF peut vous accompagner dans cette étape difficile pour vous aider à bénéficier de l’indemnisation intégrale de vos préjudices, en s’appuyant sur un guide non-limitatif, mais très complet : la nomenclature Dintilhac.

Ce guide permet d’évaluer vos préjudices, qu’ils soient temporaires ou permanents, qu’ils soient patrimoniaux (gains manqués, biens perdus, etc.) ou liés à votre personnalité (douleurs, pertes sentimentales, etc.).

Victimes de violences policières

Max Weber, sociologue (1864 – 1920), écrivait que l’Etat “revendique le monopole de l’usage de la force physique sur un territoire donné”. Ce monopole de l’usage de la force physique n’est pas la violence légitime. Aucune violence n’est légitime.

Et s’il doit être fait usage de la force par l’autorité publique, alors elle doit être strictement nécessaire et proportionnée. Dans l’hypothèse contraire, la responsabilité de l’auteur autant que la responsabilité de l’Etat doivent être recherchées.

Chaque personne, indépendamment de sa couleur de peau, de ses origines sociales ou ethniques, de ses activités militantes ou professionnelles, a d’abord un droit fondamental à la sûreté. C’est à dire, le droit de ne pas être victime de la violence d’Etat.

Vous méritez l’indemnisation intégrale de vos préjudices !
Le Cabinet JTF peut vous accompagner.